Récits de l'Italie qui accueille : l'avenir d'un jeune couple syrien recommence à Fiumicino

    Print Friendly, PDF & Email

    news

    2 Novembre 2018ROME, ITALIE

    Couloirs humanitaires

    Partager Sur

    Le sourire de ceux qui accueillent resplendit sur le visage de personnes comme Maria, Giampaolo et Fabio, venus de Pavie pour souhaiter la bienvenue à un jeune couple, Elias, Diana avec le petit Admon qui, dans l’après-midi, improvise un petit ballet en l’honneur des caméras de télévision. A l’aéroport de Fiumicino,  l’émotion grandit. Pendant la conférence de presse de bienvenue, ils sont assis côte à côte. Ils savent déjà que, dans les prochains jours, des rendez-vous les attendent pour commencer une nouvelle vie en Italie : avant tout, l’inscription de leur enfant à l’école maternelle. Ils ne parlent pas italien et Maria ne parle pas arabe, mais quelques mots en français suffisent pour communiquer. On découvre ainsi que Diana était institutrice tandis que son mari travaillait comme ingénieur à Alep, ville syrienne, symbole du vivre ensemble, qui n’a pas été épargnée par les bombardements.
    Nous ne savons pas ce que leurs yeux ont vu, ces mêmes yeux qui scrutent à présent tout ce qui se passe avec bonheur. “Le petit est encore un peu anxieux et, en général, les enfants de son âge mettent un an pour s’acclimater”, disent pour les rassurer les bénévoles de  Sant’Egidio qui coordonnent l’accueil dans toute l’Italie.
    “Ils ont dit merci à de nombreuses reprises, ils sont heureux, mais aussi un peu fatigués”, dit Maria. Ils sont quitté le Liban aux premières lueurs de l’aube, mais cette journée est l’une de celles qui changent la vie : à présent, ils ont de nouveau la possibilité de prendre leur existence en main. Ils arrivent dans le Transtevere, au restaurant de la via Dandolo, où le mouvement Gens de paix les accueille par des chants et au son du tambourin. 80 autres Syriens sont arrivés avec eux. Diana retrouve l’une de ses amies, arrivée à Rome lors d’un précédent couloir humanitaire. D’arrivée en arrivée, séparées par les longues années de guerre en Syrie, des familles et des amitiés se recomposent. La générosité de beaucoup rend tout cela possible. C’est un jour de fête, préparé par de nombreux jeunes Syriens et, à table, on trouve des lasagnes et des kebab, du parmesan et des desserts syriens. “Les premiers pas de l’hôte ne sont pas faciles, a dit Andrea Riccardi – Il faut apprendre les coutumes du maître de maison, mais, ici, tout le monde vous aime”. Avec l’espoir de représenter un modèle d’intégration pour toute l’Europe. Mais aussi avec le souhait qu’un jour ces personnes puissent revoir leur Syrie pacifiée.

    Dona online

    Let’s block ads! (Why?)



    Source: Récits de l’Italie qui accueille : l’avenir d’un jeune couple syrien recommence à Fiumicino