A Sofala, au Mozambique, pour la défense des aînés victimes de violence

    Print Friendly, PDF & Email

    En réaction à un énième acte de violence contre une personne âgée, la Communauté de Sant’Egidio de Sofala au Mozambique a adressé un appel fort à rejeter toute forme de violence contre ceux qui sont avancés en âge et à cultiver le respect et l’attention à l’égard des personnes âgées.

    Le dernier épisode tragique en date, le meurtre d’une femme âgée de 81 ans par un proche vivant chez elle, met à nouveau l’attention sur ce préjugé encore bien ancré qui considère qu’une longue vie serait le fruit de la sorcellerie plutôt qu’une bénédiction.

    « Dans notre pays manque aujourd’hui un véritable respect de notre histoire, c’est pourquoi nous voyons que manque aussi la miséricorde, a déclaré le responsable de la Communauté, Nelson Moda, en présentant l’appel. Les personnes âgées représentent notre histoire. Nous leur devons notre vie. C’est la raison pour laquelle ne pas prendre soin d’elles, voire abréger leur vie, constitue un manquement grave de civilisation ».

    La Communauté de Sant’Egidio promeut, quant à elle, la protection des personnes âgées par le biais notamment d’une alliance entre les générations : concrètement l’attention, l’amitié et les visites que les jeunes de la Communauté font régulièrement aux personnes âgées seules, surtout dans les régions les pauvres pauvres.