Reportage : S. Egidio combat le Covid-19 aux côtés des plus fragiles

Print Friendly, PDF & Email

Eux aussi sont là, en première ligne dans la bataille contre le virus: les volontaires. Ils sont nombreux, même si on les voit peu: ils agissent en ordre dispersé, suivant scrupuleusement les règles afin d’éviter tout risque, pour eux-mêmes et surtout pour les plus fragiles, qui peinent à se protéger, comme nous sommes tous appelés à le faire ces jours-ci. 

Nous voulons raconter leur travail, car, tandis que la pandémie se répand, se multiplient les formes de présence aux côtés des plus pauvres, des personnes âgées, des sans domicile, de ceux qui ont faim, notamment la distribution de matériel de protection individuelle, comme les masques, les désinfectants, le savon, qui sont la première barrière contre le virus.

Dans beaucoup de pays, les masques sont introuvables ou très coûteux. Pour autant, on ne peut pas se résigner ou laisser les plus pauvres sans protection.

Mesures de sécurité, distribution de savon, désinfectants et masques, instructions pour se protéger: ce sont les aides que les volontaires, dans les centres de Sant’Egidio, offrent ces jours-ci à qui vient demander de l’aide, partout dans le monde. Les visages et les lieux changent, mais pas la détermination à protéger tout le monde.

Dans la “mensa” de Sant’Egidio, à Rome, où l’on accède en faisant la file, de manière ordonnée, distants les uns des autres, selon les bandes blanches au sol, sont distribués des masques à qui vient manger. Les mêmes mesures de sécurité sont observés dans d’autres “mense” de la Communauté, de Lucques à Anvers, de Djakarta aux centres nutritionnels du Mozambique.

Les “dîners itinérants” sont le don le plus apprécié des sans domicile. La distribution de repas dans la rue est également l’occasion d’expliquer à qui n’a pas de maison les mesures de sécurité à adopter pour se protéger de la contagion. A qui a des difficultés pour se laver les mains est offert du gel désinfectant, et à tous, une petite réserve de masques, pour un jour ou deux, jusqu’à la prochaine visite.

Le besoin de production est grand, immense même. L’aide de tous est nécessaire. En Italie, des aides sont arrivées des Communautés chinoises, qui ont envoyé des masques pour les pauvres, mais la crise est de longue durée, et il faut en garantir pour tous. Ainsi, dans presque toutes les Communautés de Sant’Egidio dans le monde, a été lancée une production massive de masques, aussi bien de tnt (tissu non tissé) que, là où ce dernier fait défaut, de coton. Ils sont “faits maison”, en suivant des règles précises de production et d’hygiénisation partagées grâce au web. Souvent viennent en aide les mains des personnes âgées, tandis que les plus jeunes sont initiés à un “art” il y a peu de temps encore méconnu.

Les repas également sont distribués selon des règles d’hygiène rigoureuses. La nourriture confectionnée en monoportions dans des récipients adaptés est distribuée sans être touchée.

La vidéo suivante nous emmène à Kiev, en Ukraine, où l’aide à qui vit dans la rue dépasse les frontières de la ville, et arrive dans les bois où se réfugient les plus pauvres. La visite des amis de la Communauté, dans un lieu aussi éloigné, n’est pas la seule réponse à un besoin, mais une consolation et un message que tous ont besoin de recevoir, surtout en ce temps: “Nous ne vous laisserons pas seuls!”.

En cette période de crise liée au coronavirus nous ne voulons laisser personne seul.

Nous avons ainsi besoin de votre aide.
Vous pouvez faire un don en ligne.

Merci!

 

Source: Masques “altruistes”, courses solidaires, repas aux sans domicile et autre encore: Sant’Egidio combat le Covid-19 aux côtés des plus fragiles / Reportage sur les initiatives des Communautés dans le monde pour lutter contre l’avancée du coronavirus