Visite au centre DREAM d’Arusha

    Print Friendly, PDF & Email

    Ci-dessous, le témoignage de Michael Steck (au centre), de S. Egidio Lausanne, qui s’est récemment rendu en Tanzanie pour visiter le centre DREAM d’Arusha. Il présentera prochainement les points forts de ce programme de lutte contre le sida en Afrique :

    Tanzanie_2016 144

    samedi 5 mars 2016 à 20h15
    à la rue de l’Industrie 5


    “Mi-février, en compagnie de six autres personnes, j’ai eu la chance de pouvoir visiter un des centres DREAM de Tanzanie, celui d’Arusha.

    Tanzanie_2016 022

    Nous avons passé toute la première journée au centre et y avons dialogué avec le personnel soignant. Celui-ci nous a montré les processus mis en place pour la prise en charge optimale des patients.

    Le Centre comporte plusieurs bâtiments, un pour l’accueil et les consultations, un pour la nutrition, un pour le laboratoire et un pour la pharmacie. Il y a aussi une salle d’accouchement.

    Trois médecins y travaillent. Le Docteur Kingaru Samshi en est le médecin responsable. Il était déjà là lors de la création du centre d’Arusha. Après avoir travaillé durant plusieurs années à l’hôpital principal d’Arusha, il consacre aujourd’hui tout son temps et ses compétences au centre DREAM. Ses qualités professionnelles et humaines nous ont beaucoup impressionnées.

    Tanzanie_2016 130

    Le deuxième jour, nous sommes allés rendre visite à quatre familles, dont les enfants et les mamans sont des patients du centre. Leur témoignage était bouleversant. Nous avons notamment fait la connaissance d’un garçon orphelin de 12 ans qui vit avec sa grand-mère. Ce garçon était gravement malade en arrivant au centre il y a quelques années. Maintenant, avec la trithérapie, il peut mener une vie comme celle des enfants de son âge. Il va à l’école et s’est fait de nouveaux amis au centre.

    L’après-midi, nous avons avons rencontré des “activistes”. Ces activistes suivent la trithérapie et font des campagnes de promotion et de prévention du sida en encourageant d’autres hommes et femmes à faire les tests et à aller au centre.

    Tanzanie_2016 124

    Des témoignages poignants! Le sida a fait des ravages dans leurs familles ; certains ont vu leurs parents ou des frères et sœurs en mourir. Puis eux aussi sont tombés malades et se sont retrouvés isolés, sans ressources. En arrivant au centre, la plupart avaient perdu tout espoir. Mais maintenant, ils peuvent de nouveau prendre leur vie en main, ils ont retrouvé une vie digne. Les femmes s’occupent de leurs enfants et quelques-unes ont retrouvé un travail. Avec DREAM, ils ont non seulement retrouvé une santé, mais ils ont surtout découvert une nouvelle famille et créer des liens d’amitié profonds. Après ces témoignages si touchants, nous avons célébré la joie de vivre avec de la musique et de la danse !

    DREAM est un projet de la Communauté Sant Egidio pour traiter les malades du sida en Afrique par une trithérapie. Le projet existe depuis 2001 et il est actuellement en fonction dans une vingtaine de centres répartis dans 12 pays. DREAM est non seulement un projet de santé reconnu par l’OMS et d’autres organisations internationales, mais c’est également un projet qui soutient et accompagne les malades par de nombreuses visites à domicile et qui procure de la nourriture et des compléments nutritionnels pour les familles.

    Tanzanie_2016 028

    Le Centre DREAM d’Arusha est né en 2008. En Tanzanie, la prévalence du sida est d’environ 5% de la population ; on estime le nombre de personnes atteintes à 1,5 millions. A Arusha, le centre traite 1357 patients. Chaque jour 10 femmes enceintes sont examinées et prises en charge durant toute leur grossesse. A ce jour, 117 bébés portés par des mères malades du sida sont nés séronégatifs.

    Chaque patient qui vient au centre reçoit trois cartes : la verte est remplie par le médecin, la rouge concerne les tests sanguins et la bleue est destinée à la prescription des médicaments. En Tanzanie, le traitement contre le sida comporte un traitement de première ligne et, en cas de résistance au traitement, un de seconde ligne. En Europe, on propose jusqu’à quatre lignes de traitement.

    Tanzanie_2016 133

    J’éprouve une profonde joie et une grande reconnaissance pour toutes ces belles rencontres. Ce voyage m’a transformé en profondeur. Avec mes parents – qui étaient aussi du voyage – nous gérons une fondation et nous nous sommes promis de continuer à soutenir DREAM, année après année.

    Un tel voyage est un immense cadeau, une grande grâce. Je me dis que s’il m’arrive, dans le futur, d’être repris par le découragement, par un sentiment d’impuissance ou de fatalité face aux tragédies de ce monde, je ne suis désormais plus aussi démuni qu’auparavant : j’ai découvert en Tanzanie un trésor d’humanité et de joie.

    Il y a une quinzaine d’années, quand la communauté S. Egidio s’est lancée dans le projet d’ouvrir un centre DREAM en Afrique, de nombreuses personnalités et organisations internationales ont émis des doutes: ce projet ne marchera jamais, les Africains n’arriveront jamais à suivre les protocoles impliqués dans la prise en charge et le traitement du sida. Depuis lors, DREAM a démenti cet “afro-pessimisme”: plus de 55’000 enfants de mères sidéennes sont nés sains dans l’ensemble de l’Afrique…

    Tanzanie_2016 049

    En juin 2016, un 4e centre DREAM ouvrira ses portes dans le nord de la Tanzanie. C’est le fruit de l’engagement et du travail obstiné d’une amie zurichoise de S. Egidio, Claudia Antonini. Quelle belle nouvelle !