“Bridges of Peace” sur le pont Saint Louis à Paris

    Print Friendly, PDF & Email

    Quelques jours après la 32e édition des rencontres internationales pour la paix qui s’est tenue cette année à Bologne sur le thème Bridges of Peace,  la Communauté de Sant’Egidio de Paris a donné rendez-vous à tous sur le pont Saint-Louis situé juste derrière la cathédrale Notre-Dame et reliant l’île de la Cité.

    Au programme de cette après-midi exceptionnelle : stands, concerts, mini-conférences, débats et échanges sur de nombreux sujets ! Plusieurs stands étaient en effet à disposition du public et présentaient les actions de Sant’Egidio aux Parisiens et touristes venus nombreux par cette belle journée ensoleillée.

    Un pont d’abord rempli par la Communauté elle-même et ses amis pauvres fiers de participer à cette magnifique fête, sous un grand et chaud soleil! Amis de la rue, réfugiés, aînés… tous étaient “sur le pont”, un pont ouvert à la circulation des idées, des rêves et de l’amitié. Et des idées et des rêves, il n’en manquait pas comme le montre le titre des stands : « Vive les Aînés : l’habitat partagé pour une ville inclusive », « Direction Afrique ! Au carrefour du monde et de la solidarité », « Bridges of Peace : échos de la rencontre des 14-16 oct à Bologne dans l’esprit d’Assise », « Jeunes pour la Paix : si tu veux la paix, aime les pauvres ! », « Réfugiés : les couloirs humanitaires, un modèle pour l’Europe », et « Sant’Egidio : 50 ans comme héritage de paix ».

    Au cours de l’après-midi, les stands consacrés aux deux continents si chers à la Communauté que sont l’Afrique et le “continent des Aînés”, ont accueillis chacun une mini-conférences suivie par un public attentif.

    Les Jeunes pour la Paix se sont également fait entendre sur ce pont de la paix, par des chants et des témoignages sur leur amitié vécue avec les pauvres et leur engagement pour la construction d’une culture de paix aujourd’hui. Moins de murs, plus de ponts! Hippolyte, étudiant et membre des Jeunes pour la Paix depuis plusieurs années, a témoigné de la fécondité de son amitié personnelle avec les sans-abri qu’il visite dans la rue chaque semaine et avec qui il se retrouve aussi une fois par mois pour un grand goûter et un temps de prière pour la Paix au cours duquel le nom de tous les pays en guerre sont rappelés.

    “Il est essentiel d’avoir les pauvres au centre de notre vie si nous voulons construire la paix”. C’est ce rapprochement, le fait de dialoguer d’humain à humain, d’ami à ami, avec des personnes si différentes, c’est ainsi qu’il y’aura la paix dans notre coeur et autour de nous a conclu Hippolyte. De jeunes réfugiés syriens arrivés en France par les Couloirs humanitaires ont également témoigné de leur joie d’avoir retrouvé un futur et une famille avec la Communauté.

    Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris chargée de la solidarité, des personnes âgées et de la lutte contre les exclusions, a déclaré être « très heureuse d’avoir rencontré sur le pont Saint-Louis les Jeunes pour la Paix qui œuvrent à construire des ponts avec les aînés, les sans-abri, les réfugiés avec la Communauté ». Elle a soutenu l’initiative Bridges of Peace in Paris en disant : « Merci pour votre fraternité, mot qu’on retrouve tant dans la République que dans l’Evangile. » Mgr Benoist de Sinety, Vicaire général de l’archidiocèse de Paris, présent également, a salué quant à lui une « Eglise pauvre pour les pauvres au cœur de Paris ».

    L’esprit d’Assise et de Bologne était également présent grâce à la présence de Kulkarni Sudheendra, membre fidèle de nos rencontres internationales pour la paix, qui avait notamment participé dimanche 14 octobre à Bologne à la session d’ouverture de la rencontre « Bridges of Peace ». Intellectuel indien internationalement reconnu, président de la Observer Research Foundation en Inde et auteur d’un livre sur Saint François d’Assise et Ghandi, Kulkarni Sudheendra a encouragé tout le peuple de Sant’Egidio assemblée sur le pont au coeur de Paris en disant : “la principale pierre pour faire vivre l’Esprit d’Assise doit venir de personnes, en particulier des jeunes, de tous pays, de toute cultures, religions, travaillant ensemble, dans le respect des points de vue différents mais unis par un but commun”.

    Bridges of Peace in Paris s’est conclu par la lecture à trois voix de l’appel pour la Paix 2018, dans lequel chacun s’engage à entreprendre ce chemin commun. Rendez-vous a été pris l’année prochaine, même jour, même heure, pour un nouveau Bridges of Peace !